Chiens d'alerte

Joan Cary mars 15, 2018
Des chiens sentent la chute du taux de glycémie
Minnesota
États-Unis

Plusieurs fois par mois, Lu Ommen, Lion du Minnesota, se trouvait en compagnie d'une équipe d'ambulanciers. Avec un taux de glycémie extrêmement bas, il était sujet à des crises de diabéte qui auraient pu être fatales à chaque fois.

S'il apprécie vraiment les services de secours, cela fait quelque temps qu’il ne les a pas vus. Il doit pour cela remercier Gilbert et les Lions.

Gilbert, un Labrador noir de 28 kilos, est devenu le compagnon permanent d'Ommen il y a quatre ans. Lorsqu'Ommen sort, joue au golf, se rend aux réunions de son Lions club Harmony dont il est président, joue au pickleball, va à l’église ou se couche, son chien d'assistance l'accompagne.

Lorsque le taux de glycémie d'Ommen est trop bas ou trop élevé (en dessous de 100 ou au-dessus de 140), Gilbert l'en informe en le tapant avec sa patte.

« Lorsque le taux de sucre dans le sang fluctue fortement, le chien tape de façon plus insistante », dit Ommen. « Si la fluctuation est très importante, il peut aboyer. »

A certaines occasions, Gilbert a aussi alerté les amis d'Ommen que leur taux de sucre fluctuait, remarquant les signes émanant de leur respiration et les tapant alors avec sa patte.

« Il peut le faire avec n'importe qui », dit Ommen. « Ce chien est formidable. »

Lorsque le taux de glycémie d'Ommen est trop bas ou trop élevé, Gilbert touche Ommen avec sa patte.

Gilbert, 6 ans, était chez Can Do Canines avant d'arriver chez Lu et Sue Ommen. Can Do Canines est une organisation à but non lucratif située dans la région de Minneapolis qui, depuis 1989, a gracieusement fourni 600 chiens d'assistance à des personnes du Minnesota et du Wisconsin. Il est formé pour surveiller l'haleine de son ami humain, le jour comme la nuit.

Le Lion Alan Peters, fondateur de l'organisation et directeur général, explique que le changement du taux de glycémie a pour point de départ l'estomac d'une personne, conférant à leur haleine une odeur particulière. Les humains ne peuvent pas la détecter, ce que peuvent les chiens formés dont l'odorat est sensible.

Peters est lui aussi diabétique, ce qu'il a découvert en faisant contrôler son taux de glycémie alors qu'il apportait une aide bénévole à une séance de dépistage Lions du taux de glycémie.

On n'avait jamais entendu parler de chiens comme Gilbert lorsque Peters a lancé l'association. Ils sont maintenant en forte demande. Can Do Canines a une liste d'attente de 184 personnes et a associé 42 chiens à des personnes diabétiques.

Les autres chiens, environ 600, ont un rôle d’assistant auprès de malentendants, de personnes à mobilité réduite, sujettes à des crises et de personnes autistes.

Souvent, les personnes qui ont le plus besoin d'un chien d'assistance sont celles qui peuvent le moins s'offrir de tels services. Chaque chien d'assistance coûte à l'organisation environ 25 000 USD de sa naissance à ses deux ans, âge auquel le chien est généralement présenté à son propriétaire. À ce stade, le soutien des Lions du District multiple 5M est très précieux.

Les Lions du Minnesota ont donné plus de 182 000 USD à l'organisation au cours de l'année 2016-207, dit Peters.

« Les Lions sont notre principal et plus important soutien. La valeur de leur participation est inestimable, et je ne parle pas seulement de leur soutien financier. Les Lions connaissent bien les besoins de leur communauté. »

Grâce à des dons provenant de divers clubs individuels totalisant 75 000 USD et à une subvention de 75 000 USD de la Fondations du Lions Clubs International, Can Do Canines a pu ajouter 10 chenils à ses installations.

Gilbert se souvient peut-être des chenils s'il y va pour une visite mais il sait que désormais, c’est à côté du lit d'Ommen qu’il dort, se réveillant la nuit pour vérifier son haleine.

« Je garde toujours un œil sur lui », dit Ommen.

Si Gilbert pouvait parler, c'est ce qu'il dirait lui aussi.

LION Magazine

Les plus beaux des succès

Chaque mois, le magazine LION présente des témoignages inspirants sur l’impact de l'action des Lions, tant au plan local qu'à l’autre bout du monde.

Lire le dernier numéro